La FTQ du Bas-Saint-Laurent–Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine de passage à Grande-Rivière pour appuyer les travailleuses et travailleurs des pêches

Photo : Unifor-Québec

Grande-Rivière, le 17 juin 2019. – Le conseiller régional de la FTQ, Alain Harrisson, et le vice-président du Conseil régional Bas-Saint-Laurent–Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Roger Harvey, étaient de passage à Grande-Rivière afin de saluer le courage des 85 travailleurs et des travailleuses de l’usine de transformation Les Crustacés de Gaspé. Le 18 mars dernier, l’employeur annonçait la fermeture de l’usine afin de clairement s’opposer à la syndicalisation de son personnel.

Les travailleurs et travailleuses en sont à négocier leur première convention collective de travail. Le personnel de l’usine a obtenu son accréditation syndicale en mai 2018, et est représenté par le syndicat Unifor, affilié à la FTQ.

L’arbitrage de la première convention collective a commencé au début juin, ce qui a permis de régler 95 % du contrat de travail. Cependant, la partie patronale a fait savoir que son négociateur, Me Jean-Jacques Ouellet, n’était pas disponible pour conclure la négociation avant septembre prochain. C’est bizarre, mais lorsque vient le temps de débattre des injonctions devant le tribunal, l’avocat patronal trouve toujours le temps de se présenter. Pour la FTQ régionale, cela est complètement loufoque.

« Nous ne sommes pas dupes, il s’agit encore une fois d’une tactique à la limite de l’honnêteté afin de retarder la négociation et d’écœurer les travailleurs et travailleuses qui ne souhaitent que reprendre leur boulot afin de faire vivre leur famille. L’entreprise doit revenir à la raison et reprendre les négociations et conclure cette convention collective afin que l’usine soit rouverte et de nouveau en opération », déclare le représentant régional de la FTQ, Alain Harrisson.
La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.