Le conseil régional de la FTQ dévoile ses priorités pour l’Est du Québec

Élections 2014

Rimouski, le jeudi 27 mars 2014 – Réunis en début de semaine, les membres du conseil régional de la FTQ pour le Bas-St-Laurent, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine (CRFTQ) ont statué sur quatre priorités jugées « incontournables » sur lesquelles ils estiment que l’ensemble des candidats à la présente élection devraient prendre des engagements clairs.

Selon le président du CRFTQ, Yanick Proulx, : « La relance de l’industrie forestière, le maintien et le développement des services publics en région et des emplois s’y rattachant, le parachèvement des travaux routiers majeurs et le projet de cimenterie de Port-Daniel constituent des enjeux à adresser en priorité si l’on veut que l’Est du Québec puisse bénéficier d’une économie forte et diversifiée. »
Le conseil réclame de celles et ceux qui s’apprêtent à représenter les différents comtés de nos régions qu’ils s’engagent sans réserve dans ces dossiers. « Il n’est pas normal qu’on attende encore après le parachèvement des travaux prévus pour les autoroutes 20 et 85, c’est une question de lien économique, mais aussi de sécurité. Des mesures concrètes doivent aussi être annoncées pour soutenir la 2ème et 3ème transformation dans l’industrie forestière, pour que la valeur ajoutée de l’exploitation de nos ressource primaires restent chez-nous. » précise le président régional.

Quant aux emplois, le prochain gouvernement doit respecter sa parole. « On a répété maintes et maintes fois que les rationalisations dans les ministères et les sociétés d’état ne devaient pas se faire au détriment des régions. Hors ça a été tout le contraire. Il est temps que l’ascenseur revienne, que l’état employeur prêche par l’exemple en respectant les paramètres de la Lois sur la vitalité et l’occupation dynamique des territoires. Quant au projet de cimenterie, il est vital pour la Gaspésie. Il est faux de prétendre qu’il s’agit de gaspillage. C’est un projet structurant avec des emplois de qualité. Nous ne lâcherons jamais le gouvernement là-dessus, de quelque parti qu’il soit issu. »

Le conseil régional de la FTQ invite ses membres à poser les bonnes questions aux candidats et à appuyer celles et ceux qui prendront des engagements positifs à l’égard de ces dossiers. Pour l’ensemble des deux régions, c’est plus de 12 000 travailleurs et travailleuses qui sont affiliés à l’un ou l’autre des syndicats de la FTQ.