Bonification de la Prestation Universelle de Garde d'Enfant au fédéral (PUGE): Attention avant de changer vos chèques!

Rimouski le mardi 21 juillet 2015 – Le Conseil régional de la Fédérations des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) Bas St-Laurent – Gaspésie – Îles de la Madeleine tient à mettre en garde les familles de ses membres et la population en général concernant la bonification de la PUGE que s’apprête à verser le gouvernement fédéral de 60$ par mois pour chaque enfant mineur.

Le premier versement sera effectué en juillet, juste avant les élections de septembre. Il se trouve qu’entre 60 et 75% de la bonification seront récupérés sur le rapport d’impôt de 2015, soit après les élections…

Selon le président du CRFTQ, il s’agit simplement d’une basse manœuvre électoraliste destinée à berner les familles de la région qui vivent dans une situation économique de plus en plus difficile. «C’est un véritable cadeau empoisonné… Pour une famille avec deux enfants dont le revenu familial se situe entre 40 000 et 84 000, 1 066$ devront être remboursés sur les 1 440$ qui seront versés. Tu donnes de la main gauche avant les élections pour reprendre de la main droite après les élections.»

L’explication est fort simple. La PUGE constitue un revenu imposable et le crédit d’impôt fédéral de 257$ par enfant est aboli du même coup. Le CRFTQ appelle à la prudence et suggère aux familles de mettre au moins 75 % de la somme de côté afin d’éviter les surprises au printemps prochain lors de la production de la déclaration de revenus annuelle.

À l’aube des élections d’octobre, le président régional de la FTQ appelle ses membres et toutes la population du Bas-St-Laurent, de la Gaspésie et des Îles de la Madeleine à tout mettre en œuvre pour sortir ce gouvernement qui ne fait qu’appauvrir les travailleurs et la classe moyenne, tout en tentant de les berner. «Faisons-nous plaisir en octobre, montrons la porte aux conservateurs de Stephen Harper», conclut Yanick Proulx.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses, dont plus de 12 000 membres dans la région du Bas-Saint-Laurent – Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine.